Lam son Ajaccio

Le Grand Maître Quách Văn Kế (1897-1976)




Le Grand Maître Quách Văn Kế (1897-1976)
Maître Quách Văn Kế, né en 1897 à Hanoi, était élève des maîtres Bảy Mùa, Hàn Bái, et Ba Cát ("Tam Nhật" : les Trois Soleils, trois des plus grands maîtres en arts martiaux du siècle dernier).

Pour participer à sa façon à la révolution contre la colonisation du Vietnam par les Français, Maître Kế créa l'école Lam Sơn en 1945, afin de former en secret les jeunes à l'art de la guerre. Afin d'entretenir la flamme patriotique, il prit pour nom de l'école "Lam Sơn", en souvenir du mouvement de Lê Lợi contre la Chine (1418-1427). L'école fut fermée en 1946 et Maître Kế se réfugia plusieurs fois à des endroits différents pour éviter de se faire arrêter. Mais, partout où il vivait, il continua de former les jeunes à son art martial.

En 1949, il ouvrit une association de Tennis de Table au Temple Trần Hưng Đao de Saigon. Cette association était la façade abritant la nouvelle école Lam Sơn. Cependant, après la bataille de Điện Biên Phủ, les Français quittèrent l'Indochine ; l'école Lam Sơn n'eut alors plus de vocation révolutionnaire mais l'esprit de l'art martial continua d'être perpétué.

La devise de l'école fondée par Maître Kế a toujours été : "Forger son esprit et son corps pour aider les faibles, s'oublier soi-même pour mieux donner et mieux se donner".

Extrait du livre de maître Quach Van Kê
L'art martial est la persévérance dans l'entraînement du corps selon les principes que les grands maîtres et les ancêtres nous ont légués… J'ai la conscience que l'art martial est une nécessité essentielle dans la formation de la jeunesse de demain. Je me sens le devoir de raviver cet art martial qui avait porté dans notre histoire, les glorieux héros tels les deux sœurs Trung, Ly thuong Kiêt, Trân Hung Dao, Lê Loi, Quang Trung etc.…
C'est pour cette raison que je n'hésite pas, malgré mes connaissances limitées, à participer, sans intérêt ni gloire personnelle, depuis quelques dizaines d'années, à cet œuvre de formation de la jeunesse. Ce livre est réalisé dans trois buts :
  1. faire connaître l'art martial dans le pays
  2. préserver l'art martial vietnamien
  3. développer largement dans le public cet art martial traditionnel
Notre pays a la chance d'être en paix. Profitons pour nous entraîner pour nous défendre, pour défendre notre famille, voire dans la nécessité protéger notre patrie. Un jeune qui maîtrise l'art martial pourrait être un soldat vaillant.

Un pratiquant intelligent est le symbole de la justice et de la fraternité, celui qui sait garder son honneur et respecter l'honneur des autres.
Apprendre un art martial c'est apprendre le Pardon et la Bonté, c'est rejeter l'orgueil personnel, le désir de vaincre, et la provocation.
Pratiquer l'art martial vietnamien pour préserver une culture traditionnelle, pour se défendre, mais aussi pour cultiver son intelligence et ses qualités humaines.
 

Quách Văn Kế
Saigon le 1 septembre 1957



Partager ce site